Articles

Premier trimestre honni

Pendant la période des essais, j'étais concentrée sur notre objectif final : un deuxième enfant, sans trop d'écart avec notre hippocampe. J'ai soigneusement occulté le chemin à emprunter pour y arriver. Bon, je n'étais pas totalement inconsciente : je me rendais bien compte que passer l'écrit de mon concours (ou pire, l'oral) en plein début de grossesse ne serait pas exactement l'idée du siècle - raison d'ailleurs pour laquelle j'étais si abattue à l'idée que cela n'avait toujours pas fonctionné.
Et finalement, ça a marché. Lumi et Glenn sur un petit nuage. On a même commencé assez tôt à en parler à l'hippocampe.
C'est à ce moment-là que j'ai mobilisé toute ma volonté, persuadée qu'en le voulant très fort je pourrais éviter de revivre un premier trimestre calamiteux comme pour l'hippocampe. D'ailleurs il y avait déjà une différence fort positive : pas de métrorragies cette fois, ce qui est quand même mieux pour mon nive…

Coup de théâtre

La vie sait se montrer farceuse.
J'ai posté mon (larmoyant) dernier article sans attendre d'avoir la confirmation de mes règles : j'avais eu mal au ventre, j'avais fait un test négatif, pour moi l'affaire était pliée.

Le choix

Je croyais que ce serait plus facile.Après tout, nous avons déjà la chance d'avoir un enfant en bonne santé. Un petit garçon malicieux qui fait chaque jour notre bonheur. Et c'est vrai, bien sûr, que la douleur ne peut en sembler que moins vive.
Mais si je désire un second enfant, ce n'est pas comme la cerise sur le gâteau. Si c'était le cas, je crois que je ferais mieux de m'abstenir, non ? C'est un désir à part entière. Irrationnel et impérieux. Et dans son sillage s'engouffre une multitude de petits deuils.
Pas de bébé surprise pour nous. Pas de bébé "retour de couches", sans même avoir besoin de ressortir sa coupe menstruelle. Pas de bébé planifié, qui arrive au moment où on l'a décidé, calculé. Et pas non plus de bébé qui s'installe rapidement, sans même qu'on ait encore commencé à compter.
Voilà, des petits riens, des petites blessures, mais qui s'accumulent et qui m'ont fait fondre en larmes au matin de mes 29 ans.
D'après…

Attendre

Je n'ai jamais aimé attendre.Sans doute parce que c'est une position passive : quand on attend, on n'agit pas. On ne contrôle rien.
Il y a pourtant de nombreuses choses qu'on ne contrôle pas. La date de son retour de couches, par exemple. Ou comment découvrir que, face à l'allaitement long comme au reste, les femmes sont très différentes. On ne peut pas non plus contrôler la mise en route d'une grossesse. Enfin, il paraît que certaines y arrivent. Je me rappelle une collègue qui m'expliquait que, pour sa deuxième fille, son mari et elle avaient calculé pour qu'elle naisse en mai. J'avais acquiescé sans guère de commentaire. À l'époque, cela faisait déjà plus d'un an qu'on espérait secrètement avoir un enfant. Il y a des couples qui peuvent planifier. Et il y a ceux qui prennent avec joie tout ce que la nature consent à leur offrir (y compris quand la DPA n'est pas pratique-pratique : 1er janvier pour l'hippocampe, ça ne me faisait p…

Un nouveau chemin

La première fois que l'idée m'a traversé l'esprit, elle n'a pas suscité un enthousiasme démesuré de ma part. Et puis le temps a passé. J'ai fait le point sur ma situation professionnelle, sur ce que j'aimais, sur ce que je voulais changer. Je me suis renseignée. Et, finalement, je me suis inscrite récemment au CAPES de documentation, pour une deuxième reconversion.

Allaiter un nourrisson, allaiter un bambin

Mes anciens articles en témoignent : je n'avais aucune idée de la durée de mon allaitement dans mes débuts de maman. J'ai visé ma reprise, puis 6 mois, puis peut-être 12, puis... Je ne savais plus, je n'avais d'ailleurs plus envie de me fixer une échéance. Et voilà comment je me retrouve aujourd'hui avec un petit garçon de 20 mois, toujours allaité à la demande.