Apprentis parents

 Au clavier, je vous présente Lumi, (apprentie) maman de 27 ans, bibliothécaire de profession, aimant lire, écrire, dessiner, et trouvant toujours les journées trop courtes pour tout ce qu'elle voudrait faire.

À ses côtés, Glenn, (apprenti) papa de 33 ans, informaticien aimant jouer (aux jeux vidéo), jouer (aux jeux de société) et jouer (avec son bébé).

Leur histoire dure depuis douze ans, dont quatre ans de mariage : ils forment un vieux couple d'amoureux qui se sont connus jeunes et qui ont grandi ensemble, toujours soudés face aux épreuves, toujours complices dans les moments joyeux.

Et depuis un peu plus de sept semaines, il y a le troisième membre de la famille : le petit paquet, l'hippocampe, le petit gars, le bout de chou, le bébé, leur trésor, leur amour. Celui qui a bouleversé leur vie en faisant d'eux des (apprentis) parents.


Pourquoi apprentie maman ?

Parce qu'on entend souvent que la maternité nous change mais qu'on ne nous dit pas qu'on peut aussi se sentir désespérément la même. Pas plus adulte, pas plus mûre, pas plus confiante en soi-même et en ses choix.
Lorsque mon fils est né, j'ai éprouvé beaucoup, beaucoup d'amour. Et aussi beaucoup, beaucoup d'angoisse.
J'ai réalisé, comme une claque en pleine figure, que les neuf mois de grossesse qui venaient de s'écouler ne m'avaient pas vraiment préparée à devenir mère. Ils avaient seulement construit mon image de future mère, de femme enceinte heureuse de son gros ventre, qui savoure son bonheur présent et à venir en se caressant le nombril, le sourire béat. Et voilà que cette identité m'était brutalement ôtée pour m'en attribuer une autre : celle de mère. Mère d'un petit garçon totalement dépendant de moi. Sans qu'aucune fée ne se soit penchée sur mon lit de maternité pour me transformer tout à coup en la mère idéalisée dans laquelle je me projetais.
J'étais et je suis toujours moi, avec toutes mes failles, mon manque d'assurance, mon anxiété, mes doutes. Le package de base, avec un bébé en plus.
Ça m'a paru insurmontable.
Ça me paraît encore souvent fou.
Alors oui, je suis en apprentissage. J'ai tout à apprendre – et d'ailleurs je suis convaincue que je ne cesserai jamais d'apprendre. De lui, de nous. De moi-même aussi.
Je ne suis qu'au début d'un chemin que je devine aussi cahoteux que plein de bonheur. Et je crois que ce chemin, finalement, me changera.
J'espère de tout mon cœur qu'il fera de moi quelqu'un de meilleur – parce que c'est ce que mérite mon bébé, mon hippocampe.


Commentaires

  1. Hello Lumi !
    Je nous découvre avec plaisir des points communs, parmi ceux-ci, nos hommes qui baignent dans l'informatique et qui aiment jouer, et avec qui nous formons de vieux couples d'ex-adolescents amoureux transis... ainsi que "le package de base, avec un bébé en plus" - même si j'ai désormais vraiment l'impression d'avoir tout de même pas mal changé ;)
    Je suis contente de découvrir ton blog !
    Ninon

    RépondreSupprimer
  2. Je crois aussi que le changement se fait plus progressivement et sans doute plus en profondeur que ce que j'imaginais au début. Je me sens plus différente à présent qu'au moment où j'ai écrit cet article, il me semble...
    Merci pour ton commentaire :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Au commencement, il y a eu l'attente

Naissance d'un hippocampe

Le temps de la séparation