Articles

Histoire d'un allaitement - quand faut-il penser à la fin ?

À bientôt huit mois, l'hippocampe est toujours en allaitement mixte : des biberons de lait maternel ou de lait en poudre quand il est gardé, le sein à la demande quand nous sommes ensemble. Passer de l'un à l'autre ne paraît pas lui poser problème. Nous avons trouvé nos petites routines, même si certaines s'ajustent évidemment avec le temps (monsieur est vite distrait pendant les tétées, par exemple : il y a tant de choses à regarder, à tripoter...).
Pourtant, aussi absurde que cela puisse sembler puisque tout se passe bien, la question du sevrage n'est jamais très loin de mon esprit. Plusieurs raisons à cela :
1. Je ne sais PAS mettre mon cerveau sur pause et j'ai tendance à trop anticiper...
2. Je ne me vois pas allaiter ce qu'on pourrait vraiment qualifier de bambin (dans ma tête, au-delà d'un an, ça devient compliqué). Je sais qu'on peut le faire. Je sais même que l'OMS le recommande, jusqu'à 2 ans. Mais l'idée d'un petit qui ma…

Histoire d'un allaitement - la reprise du travail

Au tout début, je croyais que mon allaitement prendrait forcément fin à ma reprise du travail, donc au bout de trois mois et demi au maximum. Tirer mon lait au travail ne me paraissait en effet pas envisageable, faute notamment de disposer d'un espace personnel : je partage un bureau en partie vitré avec cinq collègues... Et il fallait ajouter à cela mes heures de transports quotidiennes.

Histoire d'un allaitement - les débuts

Lespremiersjours
Je ne vais pas revenir en détails sur ce que j'ai déjà évoqué sur mon séjour à la maternité : l'hippocampe est né par césarienne en pleine nuit et, entre la fatigue et mon manque de mobilité, il nous a fallu quelques jours pour trouver notre rythme au niveau des tétées.

Histoire d'un allaitement - les préparatifs

J'ai déjà mentionné, je crois, l'importance qu'a eue - et qu'a encore - l'allaitement pour moi, notamment dans la construction de mon identité et de mes compétences de mère. J'espère qu'en disant ça je ne blesse personne : je ne suis pas du tout en train de soutenir qu'une mère qui donne un biberon est moins mère que celle qui donne le sein, je dis juste que cela m'a aidée, moi, à me sentir au plus profond de moi maman de mon bébé, et à me sentir bonne pour lui à une époque où je doutais beaucoup de moi.
Nous n'avons pas connu de grosses difficultés et je sais que j'ai été chanceuse en cela. Pour autant, on ne peut pas non plus prétendre que tout a été instinctif et naturel dès le départ !J'avais envie de revenir sur ce parcours, autant pour moi, pour garder une trace, que pour peut-être aider des mamans ou futures mamans qui souhaitent allaiter.

Être une maman qui travaille

Il va bientôt y avoir trois mois que j'ai repris le travail à temps plein, à une bonne heure de transports en commun de chez moi. À l'origine de ce choix, il y a d'abord eu la contrainte financière : nous faisons construire une maison, nous nous endettons sur vingt-cinq ans et les frais imprévus ne manquent pas... Ce n'était pas vraiment le moment de se passer d'un salaire qui, sans être mirobolant, dépasse quand même largement les aides de la CAF en cas de congé parental (même en déduisant les frais de garde). Quant au temps partiel, j'avoue que je ne l'ai pas vraiment envisagé : je pense que ça aurait risqué de compliquer notre recherche d'une nounou (nous aurions cherché pour 3 jours seulement, au lieu de 4) et ma reprise du travail. Quitte à retourner au travail, je n'aurais pas voulu me sentir en décalage avec mes collègues, "sur la touche"... Reprendre à 100% m'a aidée à retrouver plus vite ma place et ma motivation. Mais du cou…

Sunshine Blogger Awards

À ma grande surprise, j'ai été taguée par Die Franzoesin (que j'aime beaucoup lire, sans mauvaise flatterie de ma part) pour les "Sunshine Blogging Awards". Je ne suis pas franchement familière de l'exercice (euphémisme) sauf en tant que lectrice, et c'est vrai que j'aime assez découvrir chacune via ces petites listes de questions.J'ai donc décidé de me prêter au jeu, même si je ne pense pas avoir assez de visites pour que cela intéresse grand-monde ! Merci donc à Die Franzoesin ;)