La question du deuxième

Glenn et moi nous sommes toujours projetés avec plusieurs enfants. Cette évidence trouve peut-être sa source dans nos situations familiales respectives : il a une sœur, j'en ai deux. 

Plus encore, nous sommes tous les deux des cadets : contrairement à nos aînées, nous n'avons jamais connu le statut d'enfant unique. Je n'ai jamais regretté d'avoir des sœurs, même s'il y a eu nombre de disputes, de fâcheries et même de bagarres. Elles ont été mes compagnes de jeux, mes complices de bêtises. Nous avons partagé nos lectures et nos passions. Encore maintenant, nous sommes proches, même si ma relation avec ma sœur aînée reste plus compliquée qu'avec l'autre - dont je peux dire, en revanche, qu'elle est certainement ma meilleure amie.

Bref, tout ça pour dire que je n'imagine pas l'hippocampe fils unique. Bien sûr, je ne peux pas présager de ce que sera sa relation avec un hypothétique frère ou sœur (même si je ferai de mon mieux pour que tout se passe bien) - mais quoi qu'il arrive, je souhaite lui permettre de ne pas être seul face à nous. Je suppose que cela a ses avantages, surtout en terme de disponibilité des parents, et à vrai dire j'appréhende tout de même un peu de ne plus pouvoir me consacrer uniquement à lui et à ses besoins. Néanmoins, c'est aussi un apprentissage que je trouve sain : celui du partage (et pas seulement matériel). Je ne dis pas qu'un enfant unique n'apprendra pas à le faire, mais cela sera amené d'une autre façon... Dans l'idéal, bien sûr, j'aimerais que l'hippocampe trouve dans cet éventuel frère ou sœur un complice, un compagnon de jeux, un allié contre ses parents, même !

Mais je ne souhaite pas avoir un second enfant POUR l'hippocampe. J'en ai envie parce que ma famille me semble encore incomplète, parce que je voudrais connaître encore une grossesse, un accouchement, un allaitement (malgré un certain nombre de craintes sur lesquelles je reviendrai)... et par dessus tout parce que j'ai envie de cette rencontre avec un individu encore inconnu (et pour cause, il n'existe encore qu'à l'état de fantasme, de possibilité, d'espoir...), un petit être humain en devenir que nous accompagnerions sur son chemin.

Et peut-être qu'ensuite ma famille me semblera complète. Moi qui viens d'une famille de trois, j'aime ce modèle - les 5 doigts de la main - la famille nombreuse - mais à présent que je saisis un peu mieux la réalité de ce qu'est un enfant, je me dis que s'occuper correctement de deux serait déjà pas mal...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Reconversion : bilan un an après

Ambivalence

Naissance d'une axolotl (partie 2)